Article

Une victoire pour l’Afrique – A win for Africa: NetHope launches first virtual Africa Chapter meeting

    Author:
  • Elizabeth Njoroge, International ICT Operations Manager for Christian Aid and NetHope Africa Chapter Lead
  • July 21, 2020
Une victoire pour l’Afrique – A win for

(English version follows at bottom)



Par Elizabeth Njoroge, responsable des opérations TIC internationales pour Christian Aid et responsable de la section Afrique de NetHope

La livraison de la 4e conférence virtuelle annuelle de NetHope Africa s'est déroulée sans accroc et a été une célébration pour l'Afrique. Le thème de la conférence, “Technologie pour la résilience/Nouveau normal/Futur”, a clairement montré à quel point la technologie peut être résiliente pour obtenir des résultats. La conférence a rassemblé plus de 100 participants pendant trois jours consécutifs. Et grâce à COVID-19, nous avons gagné une tonne d'empreintes carbone pour ne pas avoir fait venir les participants au Rwanda par avion!

Il y a eu aussi plusieurs autres premières : première réunion virtuelle de la section, première fois avec une traduction française et première réunion de la section dirigée par une femme. On peut peut-être dire que cette conférence est la plus inclusive jamais organisée pour NetHope Afrique et NetHope en général. Enfin, les “fantassins” - les équipes de terrain - ont participé aux sessions qui, traditionnellement, ne leur étaient pas ouvertes. Nous avons réussi à obtenir les meilleurs formateurs de nos sponsors et les sessions de formation ont débordé. Auparavant, cela n'aurait pas été possible car nous n'avions pas les moyens de faire venir tous ces formateurs au Rwanda par avion.

Plusieurs remerciements s'imposent. Tout d'abord, merci à NetHope, dirigée par Alexandra Alpert, directrice principale des adhésions, pour son leadership et sa persévérance ; à Envoy, la société chargée des aspects techniques de la conférence, dirigée par Scott Wayne, et au comité de pilotage pour son temps et ses efforts dévoués. Merci également à Kayamba Africa, HotYoga Nairobi et Rhema Malobo pour l'excellent travail de traduction en français.

Nous remercions tout particulièrement Microsoft, Salesforce, Danoffice IT, Mapbox et Open Systems pour leur parrainage de la conférence. L'Afrique est équipée et, ensemble, nous pouvons transformer des vies grâce à l'application de la technologie.

Pour les plus de 100 participants qui ont assisté aux sessions, il ne pourrait y avoir de conférence sans vous. En tant que diplômés, vous avez le pouvoir de mettre en œuvre des solutions grâce à tout ce que vous avez appris. La richesse des connaissances, de l'expérience et des enseignements partagés de nos orateurs et modérateurs a édifié notre savoir. Nous sommes maintenant mieux équipés en compétences et attitudes pour produire des résultats.

« La technologie n'est plus un catalyseur mais un agent de changement »

La conférence avait pour thème « La technologie pour la résilience/Le nouveau normal/Le futur », car elle cherchait à répondre et à comprendre comment l’informatique se positionne pour aider les organisations à s'adapter.

COVID-19 a remis en question les systèmes de résilience que les fonctions technologiques avaient investis dans leurs bureaux, notamment les solutions auxiliaires électrique, les sauvegardes internet, l'application de la « qualité de service » (QoS) et le contrôle de la sécurisation des données de nos utilisateurs et de nos systèmes. Les lourds investissements dans les bureaux ont été mis à nu alors que nos utilisateurs continuent à se débattre avec des coupures de courant intermittentes, des connexions mobiles peu fiables et coûteuses, et des dispositifs de sécurisation qui continuent à être un casse-tête pour la plupart des équipes technologiques. Avec des chaînes d'approvisionnement brisées, nous voyons la plupart des organisations adopter un « Bring Your Own Device (BYOD) »[traducteur : Apporter Votre Propre Apareil] .

Enfin des héros?

Traditionnellement, la fonction technologique a toujours été mise de côté lorsque les organisations prennent des décisions. Souvent, la technologie est mise en boucle à la fin et elle trouve des difficultés à s’intégrer et d’apporter ses avantages.

Priscilla Chomba-Kinywa, d'ActionAid, a animé un panel avec les responsables des opérations. Ben Aliwa, directeur de pays pour le Kenya et directeur de l'exploitation par intérim de PATH, et Jo Abbot, responsable des opérations et de la qualité des programmes chez Christian Aid, ont partagé les mêmes sentiments, mais ont exprimé l'espoir que la situation évolue et qu'il y ait encore plus de collaboration entre la fonction technologie et les programmes.

« Vous êtes invités à la table de conception des programmes et de décision sur les propositions », a déclaré M. Aliwa.

Ils ont tous deux fait allusion au fait que la fonction Technologie n'a pas réussi à répondre aux besoins des organisations car elle ne comprenaient pas les priorités et ne pouvait pas parler le langage des affaires.

« La culture numérique est la priorité numéro un pour la plupart des organisations en développement, car nous continuons à nous appuyer sur la technologie », a noté M. Abbot.

La session a été une profonde leçon, qui a suscité de nombreuses discussions dans le salon de discussion pour les professionnels chevronnés des TIC ainsi que pour ceux qui occupent des postes de débutants, car elle a résonné avec leur situation difficile pour fournir des solutions aux entreprises.

La question pour tous était : avons-nous les compétences nécessaires pour parler la langue des affaires?

« La crise, c'est ce qui se passe quand on est occupé à faire d'autres projets », a souligné Gisli Olafsson, directeur de la technologie de One Acre Fund, en parlant de « Leading Through A Crisis » [Traducteur : diriger à travers une crise]. L'écoute de Gisli a changé la donne, car il a partagé des idées qui l'ont aidé à réussir en tant que directeur technique et à surmonter la crise pandémique.

Avoir une vision commune et travailler avec le reste de l'organisation permet de clarifier le problème que nous sommes en train de résoudre, a noté M. Gisli. Il faut préciser à quoi ressemblera le succès. L'objectif de l'organisation reste un pilier essentiel de votre solution technologique. Elle s'adresse à tous les membres de l'organisation. Il est important de ne pas oublier de vérifier auprès de votre équipe pour mieux l'aider à remplir sa mission. En tant que leader technologique, le leadership situationnel et l'écoute active sont quelques-unes des compétences à affiner.

Nous remercions également Gisli de nous avoir offert gratuitement son livre passionnant, “The Crisis Leader”.

Ré-imaginez l'histoire principale des TIC…

John Roberts de Proteus a réitéré les discussions du panel des opérations et les idées partagées par Olafsson. Comment alors réaliser les projets différemment ? Il a raconté l'histoire à travers les yeux d'Ali qui présentait un “super-héros” de la technologie, tandis qu'Elizabeth Njoroge a partagé une histoire de technologie collaborative qui donne des résultats.

Ne soyez pas un “super-héros de la technologie” qui prend des commandes et s'efforce de fournir des solutions au lieu d'adopter un modèle collaboratif. Il est impératif d'avoir une vision commune, de s'aligner sur les professionnels du monde des affaires et d'avoir un appétit pour le changement lorsque vous choisissez une solution technologique, et de toujours fournir des résultats et non des solutions. Lorsque tout cela est aligné, la fonction technologique et le besoin commercial seront satisfaits et le processus sera itératif. Ce concept devrait être enseigné au niveau d'entrée pour tous les professionnels des TIC.

Aiguisez vos compétences

S'il y a un « avantage » à COVID-19, c'est qu'il nous a donné une plus grande possibilité d'obtenir des formations parmi les meilleurs de l'industrie. Il n'aurait pas été possible de faire venir tous ces formateurs au Rwanda avant COVID-19. Un merci tout particulier à tous les formateurs qui ont sacrifié leur temps pour offrir les formations aux petites heures (2h du matin !) de leur temps.

Solution alternative d'alimentation portable (Laptop Power Bank)

La plupart des organisations ont investi dans des sauvegardes électriques coûteuses pour leurs bureaux mais ne peuvent pas les utiliser car nous travaillons à domicile. Alors que l'Afrique continue de faire face à des coupures de courant intermittentes, quelles sont les solutions d'énergie renouvelable disponibles ? Mark Hawkins, de Save the Children International, nous a fait part de la question de l'énergie du point de vue de la gestion et de la stratégie et nous a présenté les solutions portables disponibles et la façon de dimensionner une solution solaire.

Avec des chaînes d'approvisionnement brisées et des verrouillages, nous voyons de plus en plus de #BYOD pour soutenir le #travail à distance. Daniel Shaw de Microsoft nous a fait découvrir la gestion unifiée des appareils et des applications en utilisant Microsoft Intune avec EMS.

Les organisations continuent à se battre pour fournir des informations vérifiées et parfois, il peut s'agir d'informations banales de routine auxquelles un robot peut répondre.

Leila Toplic de NetHope et Michael Tjale de Microsoft nous ont expliqué comment démarrer avec les chatbots. Aucune expérience de codage n'est requise pour développer un chatbot à l'aide des Power Virtual Agents de Microsoft. Leila a répété qu'il fallait concevoir en gardant à l'esprit un problème et un utilisateur clairs.

Un peu de répit

En plus des conversations intenses, la conférence a ensuite bénéficié de la musique africaine de Kayamba Africa et du yoga de Hot Yoga Nairobi. Notre séance d'happy hour a été sponsorisée par Open Systems car nous avons apprécié la musique et le temps pour un petit étirement physique avec le yoga. Et la partie « Apportez votre propre déjeuner » a été la meilleure session de collaboration, surnommée VirtualMeal. Les participants ont partagé un repas tout en discutant de toutes sortes de sujets pour alléger l'emploi du temps chargé qui les attendait.

Les prochaines étapes de NetHope Afrique…

Un jour, nous pourrons célébrer la création et/ou la ré-invention de trois sections locales : le Kenya, l'Ethiopie et le Burkina Faso. Le sondage effectué pendant les sessions a indiqué que nous n'en faisons pas assez en matière de collaboration entre les membres de NetHope. Les sections locales, avons-nous estimé, peuvent rapprocher ces collaborations et maintenir actives les conversations de NetHope.

La conférence est peut-être terminée, mais les conversations et les collaborations entre les membres de NetHope se poursuivent par le biais de WhatsApp, des canaux de Microsoft Teams et de notre appel mensuel “Africa's Talking”.

La plupart des géants technologiques se tournant vers le Sud, il existe des millions d'opportunités que les membres de NetHope peuvent exploiter et avec lesquelles ils peuvent s'aligner pour en tirer profit. Parmi celles-ci, le lancement de Microsoft Digital Skills, partagé par Cameron Birge de Microsoft, et une offre de soutien à une organisation composée d'un seul membre pour la mise en place d'un chatbot ont été présentés par Leila Toplic, responsable du groupe de travail sur les technologies émergentes de NetHope.

Nous continuerons à mettre en valeur les compétences de tous les professionnels de nos ONG grâce au soutien du fondateur de myProteus, John Roberts, ainsi qu'aux sessions de rédaction de propositions et d'affaires organisées par Ray Short, chef du parti GBI et directeur des partenariats institutionnels de NetHope, dans les prochains jours.

Nous avons obtenu un siège à la table de décision organisationnelle et sommes maintenant mieux équipés pour fournir les compétences nécessaires à la réalisation de projets technologiques pour montrer des résultats et pas seulement des solutions.

Africa Chapter Video Overview


By Elizabeth Njoroge, International ICT Operations Manager for Christian Aid and NetHope Africa Chapter Lead

The delivery of the 4th Annual NetHope Africa conference virtual conference went off without a hitch and was a celebration for Africa. The conference theme, Technology for Resilience/New Normal/Future, was a clear indication of how resilient technology can be to deliver outcomes. The conference brought together over 100 participants for three consecutive days. And thanks to COVID-19, we earned a ton of carbon footprints for not flying the participants to Rwanda!

There were also several other firsts: first virtual Chapter meeting; first time using French translation; and first Chapter meeting led by a woman. This can perhaps be termed as the most inclusive conference ever for NetHope Africa and NetHope at large. At last the “foot soldiers”—the field teams—attended the sessions which traditionally they would not have the opportunity. We managed to secure the best trainers from our sponsors and the training sessions were overflowing. Previously, this would not have been possible as we could not have afforded to fly all those trainers to Rwanda.

And first, several thanks are in order. First, thanks to NetHope, led by Senior Membership Director Alexandra Alpert, for her leadership and persuasion; Envoy, the company handling the technical aspects of the conference, led by Scott Wayne, and the steering committee for its dedicated time and efforts. Thanks also to Kayamba Africa, HotYoga Nairobi, and Rhema Malobo for the great work at for the French translation.

We especially thank Microsoft Salesforce, Danoffice IT, Mapbox, and Open Systems for sponsoring the conference. Africa is equipped and together we can transform lives through the application of technology.

To our over 100 participants that attended the sessions, there could not be a conference without you. As graduates, you have the power to implement solutions through all you learned. The wealth of knowledge, experience, and shared learnings of our speakers and moderators edified our knowledge. We are now more equipped with skills and attitudes to deliver outcomes.

“Technology is no longer an enabler but an agent of change “

The conference was themed “Technology for Resilience/New Normal/Future” as it sought to answer and understand how the technology function positions itself to help organizations adapt.

COVID-19 has challenged our resiliency systems that technology functions have invested in their offices, including alternative power backup solutions, internet backups, enforcement of “Quality of Service (QoS)”, and control on securing our user’s data and our systems. The heavy investments in the office have been laid bare while our users continue to struggle with intermittent power blackouts, unreliable and costly mobile connections, and securing devices continues to be a headache for most technology teams. With broken supply chains we are seeing most organization adopt a “Bring Your Own Device (BYOD)”.

Heroes at last?

Traditionally, the technology function has always been side-lined whenever organizations are making decisions. Often, technology is looped in at the tail end and has been difficult to integrate and enjoy the benefits that technology brings.

Priscilla Chomba-Kinywa from ActionAid led a panel session with heads of operations. Ben Aliwa, Country Director Kenya and Interim COO of PATH, and Jo Abbot, Head of Operations and Program Quality at Christian Aid, concurred with the sentiments but were hopeful that this situation is changing and there is even more collaboration between the technology function and programs.

“You are invited at the program design and proposal decision table,” said Aliwa.

They both alluded to the fact that the Technology function has failed to meet organizations’ needs as they lacked the understanding of the priorities and were unable to speak business language.

“Digital literacy is the number one priority for most of the developing organizations as we continue to rely on technology,” noted Abbot.

The session was a profound lesson, and this elicited a lot of discussions in the chat room for seasoned ICT professionals as well as those at entry level positions as it resonated with their plight to deliver solutions to the business.

The question for everyone was: do we have the necessary skills to speak the business language?

“Crisis is what happens when you are busy making other plans,” stressed Gisli Olafsson,Chief Technology Officer of One Acre Fund as he spoke about “Leading Through A Crisis”. Listening to Gisli was a game changer as he shared insights that have helped him succeed as a CTO as well as muddle through the pandemic crisis.

Having a shared vision and working with the rest of the organization brings clarity on the problem we are solving, noted Gisli.It must be made clear what success will look like. Organization purpose remains a key pillar for your technology solution. It speaks to everyone within the organization. It was a stressed to remember to check-in with your team to better support them deliver on mission. As a technology leader, situational leadership and active listening are some of the skills to hone.
We also extend a thanks Gislif for offering us his compelling book, “The Crisis Leader,” free of charge.

Re-imagine The ICT Lead Story…

John Roberts from Proteus reiterated the discussions from the operations panel and insights shared by Olafsson. How then do we deliver projects differently? He told the story through the eyes of Ali showcasing a Technology “Superhero” while Elizabeth Njoroge shared a collaborative Technology story that delivers outcomes.

Don’t be a “Technology Superhero” who takes orders and moves to deliver solutions instead of adopting a collaborative model. It is imperative to have a shared vision, align to the business priorities, andhave an appetite for change as you choose a technology solution, and always deliver outcomes and not solutions. When all this is aligned both the technology function and the business need, will be satisfied and the process iteratative. This concept should be taught at entry level for all ICT professionals.

Sharpen your skills

If there is an “upside” to COVID-19, it has provided us a wider opportunity to get trainings from the best in the industry. It would not have been possible to fly all these trainers to Rwanda before COVID-19. Special thanks to all the trainers who sacrificed their time to offer the trainings at wee hours (2:00am!) their time.

Alternative Portable Power Solution (Laptop Power Bank)

Most organizations had invested in expensive power backups for their offices but cannot use them as we work from home. As Africa continue to face intermittent power outages, what renewable energy solutions are available? Mark Hawkins from Save the Children International shared the power issue from a management and strategic perspective and took us through available portable solutions and how to size solar solution.

With broken supply chains and lock downs, we are seeing more of #BYOD to support #remote working. Daniel Shaw from Microsoft took us through the journey of unified device management and applications using Microsoft Intune with EMS.

Organization continue to struggle to provide verified information and sometimes, it may mundane routine information that can be answered by a bot.
Leila Toplic from NetHope and Michael Tjale from Microsoft took on “How to Get Started With Chatbots”. No coding experience is required to develop a chatbot using Microsoft Power Virtual Agents. Leila reiterated to design with a clear problem and user in mind.

A bit of a respite

Along with the intense conversations, the conference would later enjoy some African music from Kayamba Africa and yoga from Hot Yoga Nairobi. Our happy hour session was sponsored by Open Systems as we enjoyed the music and time for a little physical stretch with yoga. And the “Bring Your Own Lunch” portion was the best collaboration session. dubbed VirtualMeal. Participants shared a meal as they discussed all sorts of topics to ease the busy schedule that lay ahead of them.

What's next for NetHope Africa….

Hopefully soon, we can celebrate the creation and or re-invention of three local chapters; Kenya, Ethiopia, and Burkina Faso.The poll carried out during the sessions indicated that we are not doing enough in collaborating among NetHope members. Local chapters, it was felt, can bring collaborations closer and keeps the NetHope conversations going.

The conference may have ended, but the conversations and collaborations among NetHope members continues through WhatsApp, Microsoft Teams channels, and our monthly call, “Africa’s Talking”.

With most tech giants looking toward the Global South, there lies millions of opportunities that NetHope members can tap into and align themselves and their organization with to benefit. Among them, Microsoft Digital Skills launch as shared by Microsoft’s Cameron Birge and an offer to support one-member organization to build a chatbot was introduced by Leila Toplic, the lead for NetHope’s Emerging Technologies Working Group.

We will continue honing the skills of all our NGO professionals through the support of myProteus founder John Roberts as well as business and proposal writing sessions by NetHope’s GBI Chief of Party and Director of Institutional Partnerships Ray Short in the coming days.

We have been given a seat at the organizational decision table and are now more equipped with the required skills to deliver technology projects to show outcomes not just solutions.

Africa Chapter Video Overview


 

Our website uses Cookies to enhance your experience and to measure, understand, and improve our website. By continuing to use this website you agree to the use of Cookies. If you do not agree, you can decide to disable Cookies in your web browser. Learn More About Cookies
Got it!